De tout temps, les politiciens ont eu recours à un certain style de communication, voyons plutôt :

Roosevelt en 1936 a lancé les prémices avec ses interventions radiophoniques ‘Les causeries au coin du feu’.

En Europe, Churchill lançait son slogan ‘du sang et des larmes’ et les empereurs romains promettaient ‘du pain et des jeux’.

Revenons en Amérique du Nord…. en 1917, le gouvernement crée le ‘Committee on Public Information’. Il s’agissait de réunir les acteurs de la publicité pour créer une stratégie afin de convaincre le peuple de soutenir l’entrée en guerre de leur pays.

Moins de 20 ans plus tard, apparaissaient les premiers sondages politiques et en 1933, en Californie, naissait la première agence de publicité spécialisée pour les campagnes politiques.

Petite révolution en 1952, lorsque le candidat Eisenhower s’adresse aux électeurs avec de nouveaux outils : la télévision, un USP et surtout un slogan (I like Ike) !

Dès cette période, plus rien n’est laissé au hasard, tout est scruté (posture, habillement etc…). Comment se comporter face à la caméra. On se souviendra du duel Nixon/Kennedy. Nixon ‘passant’ mieux à la radio, mais peu convaincant à la TV, contrairement à son rival.

Voyez plutôt : Un débat d’anthologie !

Dès lors, la communication politique évolue très rapidement et transforme la plus petite intervention en super show. Les deux candidats à la présidence sont suivis et sur-médiatisés.

Nouvelle révolution en 2008 : l’arrivée des réseaux sociaux ! La première star en la matière : Obama.  La télévision pour les parents, Internet pour les moins de 30 ans.

Affaire à suivre…